avanie


avanie

avanie [ avani ] n. f.
• 1713; avanye 1557 « imposition infligée par les Turcs aux chrétiens, rançon »; it. avania
Vieilli Traitement humiliant, affront public. affront, brimade, humiliation, insulte, offense, outrage, vexation. Faire, infliger une avanie à qqn. Pétion « reçut une avanie; les gardes nationaux [...] l'accablèrent d'injures et de menaces » (Michelet). Plus cour. au plur. Supporter les avanies de qqn.

avanie nom féminin (grec médiéval abania, de l'arabe hawān, traître) Littéraire. Affront public, traitement humiliant, brimade, vexation : Subir des avanies.avanie (difficultés) nom féminin (grec médiéval abania, de l'arabe hawān, traître) Sens Ne pas confondre ces deux mots. 1. Une avanie = un affront, une humiliation. Il n'est pas près d'oublier l'avanie qu'il a subie. 2. Une avarie = un dommage, une détérioration. Le navire a subi d'importantes avaries dans la collision. ● avanie (synonymes) nom féminin (grec médiéval abania, de l'arabe hawān, traître) Littéraire. Affront public, traitement humiliant, brimade, vexation
Synonymes :
- camouflet (littéraire)

avanie
n. f. Vexation, affront public. Essuyer des avanies.

⇒AVANIE, subst. fém.
A.— Vx. Vexations que les Turcs du Levant faisaient subir notamment aux chrétiens pour leur confisquer de l'argent :
1. J'avais été prévenu de ne me laisser jamais plaisanter par ces Turcs, si je ne voulais m'exposer à mille avanies.
CHATEAUBRIAND, Itinéraire de Paris à Jérusalem, t. 1, 1811, p. 49.
2. ... [il] exerçait les fonctions d'agent consulaire pour je ne sais quelle nation d'Europe; cela lui donnait le droit d'avoir un drapeau européen sur le toit de sa maison : c'est la sauvegarde la plus certaine contre les avanies des Turcs et des Arabes.
LAMARTINE, Voyage en Orient, t. 1, 1835, p. 398.
Au fig. :
3. Vous n'êtes pas assez injuste pour demander, à deux siècles de suite, des Voltaire, des Montesquieu, des Rousseau et des Buffon; si vous ne remarquez plus de fortunes colossales dans la république des lettres, peut-être y trouverez-vous un état d'aisance plus général, et même, en cherchant bien, quelques riches qui craignent, en trahissant le secret de leur opulence, de s'exposer, comme les marchands grecs, aux avanies dont les menacent les Turcs de la littérature.
JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 4, 1813, p. 355.
B.— P. ext. Affront public. Essuyer, subir une avanie. Faire une avanie sanglante à qqn (Ac. 1798-1932) :
4. Mahomet a proscrit le prêt à intérêt; qu'arrive-t-il dans les états musulmans? On prête à usure : (...). La même chose est arrivée chez les chrétiens aussi longtemps qu'ils ont prohibé le prêt à intérêt; et quand le besoin d'emprunter le leur fesait tolérer chez les juifs, ceux-ci étaient exposés à tant d'humiliations, d'avanies, d'extorsions, tantôt sous un prétexte, tantôt sous un autre, qu'un intérêt considérable était seul capable de couvrir des dégoûts et des pertes si multipliés.
SAY, Traité d'écon. pol., 1832, p. 386.
5. ... si j'essuie une avanie, le lendemain tout le monde en parle, ou y fait allusion.
STENDHAL, Lucien Leuwen, t. 1, 1836, p. 46.
6. « Cher ami, c'est vrai, pourquoi ne l'avouerais-je pas? J'ai cru que, mécontent de moi pour des raisons ignorées, vous aviez résolu de me traiter, à l'avenir, en homme du monde — ce qui, pour un chrétien de ma sorte, est l'avanie suprême, l'humiliation au delà de laquelle il n'est plus d'opprobre... »
BLOY, Journal, 1904, p. 13.
7. Depuis le jour où Luzzati était entré dans la maison, elle [Amalia] l'avait pris en grippe. Entre nous, elle l'appelait toujours « le vieux porc ». Elle le trouvait obséquieux, répugnant. Elle lui faisait avanie sur avanie.
R. MARTIN DU GARD, Confidence africaine, 1931, p. 1123.
8. Gaspard dut subir des avanies et des affronts, on lui reprocha d'être un pique-assiette, de manger le pain des autres.
VAN DER MEERSCH, Invasion 14, 1935, p. 219.
DÉR. Avaniser, verbe trans.Infliger des avanies. Être avanisé et bâtonné par le pacha de Damas (CHATEAUBRIAND, Itinéraire de Paris à Jérusalem, t. 21811, p. 118, note). Absent des dict. consultés. (1811, CHATEAUBRIAND, Itinéraire de Paris à Jérusalem, t. 2, p. 118, note; suff. -iser).
PRONONC. :[avani].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1287 aveinie Namur « injure humiliante » (Cartul. de Namur, XIV, Mon. pour serv. à l'hist. des prov. de Namur, Hain. et Lux., I, 101 ds GDF. Compl. : Ke boine pais soit entre nous tous de toutes aveinies et de tous descors ki ont esteit jusques au jour de hui), attest. isolée; 1557 8 janv., avanye « vexation que les Turcs se plaisaient à faire subir aux chrétiens dans le Levant pour leur extorquer de l'argent » (M. de la Vigne à l'évêque de Lodève d'apr. CHARRIÈRE, Négociations de la France dans le Levant ds Dict. hist. Ac. fr. : Arramon, partant d'icy, emporta le privilège que la Forest avoit obtenues pour les libertés et franchises que les François doivent avoir par deçà [...]; je vous prie d'en voulloir escrire [...] un mot audict Arramon, autrement ils me feront mille avanyes par deçà [...]), qualifié de ,,vieilli`` par DG; 1713 avanie « affront fait de gaieté de cœur, traitement humiliant qu'une personne reçoit en présence de plusieurs autres » (HAMILTON, Mémoires de Grammont, VII, ds Dict. hist. Ac. fr. : La Middleton fait impunément de nouvelles conquêtes, et de vos présents vous souffrez qu'elle vous crève les yeux sans la moindre avanie).
Empr. prob. par l'intermédiaire de l'ital. (attesté au sens de « imposition, taxe injustifiée et vexation » dep. la 1re moitié du XIVe s., BALDUCCI PEGOLOTTI [fin XIIIe s.-ca 1347] I — 164 ds BATT.) au sens dér. de « vexation, violence, abus de pouvoir » dep. le 1er quart XVIe s. (MACHIAVEL, 6-6-33, ibid) au gr. médiév. « calumnia, criminatio, delatio » (DU CANGE, Glossarium ad scriptores mediae et infimae graecitatis, 1688), lui-même dér. de l'ar. « traître », peut-être par l'intermédiaire du turc. La forme et le cheminement de aveinie, 1287 demeurent obscurs; (peut-être, influence de l'a. fr. venie, veine « pardon, pénitence », 1155, WACE Brut, 14472 ds KELLER 1953 et XIIIe s., Règle de Citeaux, ms. Dijon, f° 24 v° ds GDF. compl., du lat. venia « pardon »).
STAT. — Fréq. abs. littér. :140.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — BOUILLET 1859. — BONNAIRE 1835. — DUCH. 1967, p. 31. — KUHN 1931, p. 206, 231. — LAMMENS 1890, p. 31.

avanie [avani] n. f.
ÉTYM. 1287, aveinie, attestation isolée; avanye, 1557; ital. avania, du grec médiéval; p.-ê. de l'arabe hǎwǎnǎh « traîtres »; la première attestation correspondant probablement à l'anc. franç. venie « pénitence ».
1 Vx. (Au plur.). Mauvais traitements que les Turcs infligeaient aux chrétiens dans le Levant (notamment pour leur extorquer de l'argent).
1 Les Vénitiens avaient fait jusque-là le commerce des Indes par le pays des Turcs et l'avaient poursuivi au milieu des avanies et des outrages.
Montesquieu, l'Esprit des lois, XXI, 21.
Au sens mod., mais avec une allus. à l'étymologie :
2 J'avais été prévenu de ne me laisser jamais plaisanter par un Turc, si je ne voulais m'exposer à mille avanies (…)
Chateaubriand, Itinéraire…, 57.
2 (1713, avanie). Mod. Traitement humiliant, affront public. Affront, brimade, humiliation, insulte, offense, outrage, vexation. || Faire, infliger une avanie à qqn. || Essuyer, recevoir, souffrir, subir une avanie.Plus cour. au plur. || Supporter les avanies de quelqu'un.
3 La dîme royale le délivrerait (le peuple) tout d'un coup de toutes les vexations et avanies des collecteurs, des receveurs des tailles et de leurs suppôts (…)
Vauban, Projet d'une dîme royale, p. 57.
4 Il (Pétion) reçut une avanie; les gardes nationaux du bataillon des Filles Saint-Thomas l'accablèrent d'injures et de menaces (…)
Michelet, Hist. de la Révolution franç., t. I, p. 929.
5 Un homme sorti de si bas, et qui avait dû essuyer tant d'avanies jusqu'au jour de sa fortune, était cuirassé contre les humiliations.
R. Rolland, Musiciens d'autrefois, p. 111.
6 (…) j'ai tout supporté, les fatigues, les dangers, les coups, les avanies, la prison, tout.
Martin du Gard, les Thibault, III, 14.
7 Nulle avanie ne lui fut épargnée.
Valery Larbaud, Fermina Marquez, IX.
CONTR. Attention, prévenance, service.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • avanie — AVANÍE, avanii, s.f. (înv.) Asuprire, împilare. – ngr. avania. Trimis de witch, 13.09.2007. Sursa: DLRM  AVANÍE s. v. asuprire, exploatare, împilare, năpăstuire, opresiune, oprimare, persecutare, persecuţie, prigoană, prigonire, urgisire. Trimis …   Dicționar Român

  • avanie — AVANIE. s. f. Affront fait de gaîté de coeur à quelqu un. On lui a fait une avanie sanglante. N allez pas là, vous vous exposeriez à quelque avanie. [b]f♛/b] En parlant des Pays du Levant, on désigne par Avanie, La vexation que les Turcs font à… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Avanīe — (franz.), Wort orientalischen Ursprungs, bezeichnet eine willkürliche Geld und Diensterpressung, besonders willkürliche Zölle, die türkische Beamte Kaufleuten auszulegen pflegten; auch hinterlistiger Überfall eines Schiffes …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • avanie — AVANIE. s. f. Vexation, insulte que les Turcs font aux voyageurs en Levant, pour tirer de l argent d eux. Il se dit figurement, Des affronts, des insultes qu on fait de gayeté de coeur à quelqu un. Cet homme luy a fait mille avanies …   Dictionnaire de l'Académie française

  • avanie — (a va nie) s. f. 1°   Vexations qu exerçaient les Turcs contre ceux qui n étaient pas leurs coreligionnaires, pour leur extorquer de l argent. •   J avais été prévenu de ne me laisser jamais plaisanter par un Turc, si je ne voulais m exposer à… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • AVANIE — s. f. Il se dit proprement Des vexations que les Turcs exercent envers ceux qui ne sont pas de leur religion, pour en extorquer de l argent. Ceux qui voyageaient alors dans le Levant étaient exposés à de fréquentes avanies.   Il signifie,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AVANIE — n. f. Affront fait de gaieté de coeur, traitement humiliant qu’une personne reçoit en présence de plusieurs autres. On lui a fait une avanie sanglante. N’allez pas là, vous vous exposeriez à quelque avanie. Essuyer une avanie …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Avanie — Ava|nie [ava...] die; , ...ien <aus gleichbed. fr. avanie> (veraltet) [öffentliche] Beleidigung, Schimpf …   Das große Fremdwörterbuch

  • vanie — avanie …   Dictionnaire des rimes

  • affront — [ afrɔ̃ ] n. m. • v. 1560; de affronter « couvrir de honte » en a. fr. ♦ Offense faite publiquement avec la volonté de marquer son mépris et de déshonorer ou humilier. ⇒ avanie, humiliation, offense, outrage. « Achève, et prends ma vie après un… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.